Comment travailler comme si vous étiez au bureau… mais sans être au bureau !

Cette année, tout le monde a gagné… le droit de ne plus aller travailler, et ce depuis le 17 mars. Chanceux que nous sommes… sauf que nous voilà confinés depuis 2 mois, à partager le même espace 24h/24h avec femmes, maris, enfants, animaux, belle-mères, etc. Voire tout ça en même temps pour les plus méritants !

Le Covid-19 n’a épargné personne, et comme une malédiction n’arrive jamais seule, il y a un fou sur terre qui a eu l’idée géniale d’inventer le « télétravail ». Alors, eu début, tu t’es dit : « Cool, je vais pouvoir bosser dans mon canapé et en pyjama. En plus, je vais faire des économies d’eau, de savon et de déodorant ! ». C’était sympa… au début…

Puis la réalité t’a vite rattrapé. 

Au début, tu trouvais ça cool, à mi-chemin entre le travail et les vacances. Sauf que, à un moment donné, tu as eu un coup de blues, un peu déboussolé à l’idée de ne pas prendre ton café avec tes collègues. 

Et puis, le canapé, c’est confortable, mais ce n’est pas un vrai bureau, un véritable espace de travail, avec des rangements pour les papiers, etc. 

Et puis, canapé + télévision en face + Netflix + Disney+ = Perte de productivité en quelques jours !

Donc, le télétravail, pour être efficace, nécessite une organisation et une discipline quasi militaire. Sans aller jusqu’à copier les méthodes du RAID ou du GIGN, nous allons vous donner quelques conseils fondamentaux pour traverser cette période bizarre et continuer à travailler efficacement sans céder à la tentation.

Tout d’abord, pour ne pas tomber dans la déchéance, il faut garder au maximum les habitudes et les horaires de travail. Ces habitudes et contraintes sont autant de repères dont nous avons tous besoin pour rester concentrés et professionnels.

Il faut que vous gardiez un maximum de repère, sinon cela risque d’être très compliqué au moment de la reprise !

Ça commence dès le matin. Te serais-tu venu à l’esprit d’aller au bureau sans te doucher et en pyjama ? Non ? Alors pourquoi te négliges-tu maintenant ? Alors, hop, hop, hop, petite douche et tenue correcte. On ne te demande pas de porter la cravate, mais on évite aussi le look « dépression ».

Si vous aviez l’habitude de prendre le café avec les collègues, rien ne vous empêche de temps en temps de vous appeler en vision et partager un moment de convivialité. Et je suis persuadée qu’il y aura encore plein de potins et de rumeurs à partager ! Ce sera bénéfique pour tout le monde, et vous aurez l’impression qu’il y a encore de la vie à l’extérieur ! En cette période où nous sommes isolés des autres et complètement livrés à nous-même, il est important de garder un maximum de contact avec ses collègues.

Autre point clef : Il faut que vous ayez aménagé un espace spécialement conçu pour le travail. Il faut absolument éviter le salon, car les tentations sont bien trop nombreuses et c’est un endroit dédié au repos. Pas au travail !

Idéalement, il te faudrait une pièce dédiée, si possible avec de la lumière, et isolé du bruit. Ce serait un endroit à toi, où tu pourras te concentrer et travailler efficacement, avec ton PC, tes documents, et tout ce qui te sera utile dans tes tâches.
Si vous êtes plusieurs à être en télétravail, essayez de travailler chacun de votre côté. Pour vous encourager et vous soutenir mutuellement, fixez-vous des objectifs et organisez votre journée.

Il est important d’organiser votre journée, voire votre semaine de travail :

  • En fixant des objectifs et en les hiérarchisant
  • Variez les tâches tout au long de la journée…
  • … mais en gardant certaines routines, comme le tri des mails en début de matinée, la fameuse pause café avec les collègues, la pause repas, etc.
  • Faites-vous des « To Do List »
  • Appelez vos collègues pour discuter d’un dossier, ou simplement papoter, comme vous le feriez au bureau.
  • Fixez-vous une heure de fin… comme si vous partiez du bureau !

Puis passez à votre vie personnelle :

Si vous faites du sport, faites-en régulièrement, en respectant les règles. Il est toujours bon d’oxygéner le corps et l’esprit.

Puis partagez le repas avec les personnes confinées avec vous, et échangez de vos journées respectives, comme vous le faisiez dans l’ancien temps.

Voilà donc quelques conseils pour traverser au mieux cette période inédite et contraignante. Cette crise est passagère, et il y aura, bientôt j’espère, un retour à la normale. Et il faudra être prêt à ce moment-là ! 

Alors pas de relâchement, demain se prépare dès aujourd’hui !

 

Auteur : Juliette SAVINA
Talent Acquisition @Madircom

Comment réussir son entretien d’embauche via Skype ?

Interview Skype

Comment réussir son entretien d'embauche via Skype ?

Depuis plusieurs années, la pratique des entretiens par vidéoconférence s’est multipliée au sein des entreprises (petites et grandes) tout comme auprès des cabinets de recrutement.
Que vous habitiez en France ou en Papouasie Nouvelle Guinée, utiliser un outil comme Skype permet de gagner du temps mais aussi et surtout de répondre aux annonces qui sont de l’autre côté du globe. La chasse de talents devient donc mondiale. Peut importe où vous avez grandi, vous êtes potentiellement un talent que l’on peut sourcer à l’international.

Tout comme un entretien physique se prépare, l’entretien Skype se prépare également, avec néanmoins quelques aménagements spécifiques, dus à cet outil qui remet en cause les notions de temps et d’espace.
Voici donc quelques basiques, qui sont souvent des rappels évidents, mais qu’il est toujours bon de rappeler !

Votre interlocuteur est connecté, l’appel est lancé… Respirez vous êtes filmé ! 📽
On le sait bien, vous allez être un poil nerveux !

 ○ Mais il faut soigner votre communication non verbale, car vous serez jugé dessus.
  90% de ce que retient un recruteur concerne le timbre de votre voix, vos gestes, votre attitude. Donc, il est vivement recommandé de sourire, de faire des signes de la tête pour acquiescer, de ne pas trop toucher ses cheveux, de ne pas mettre les mains devant la bouche ou pire dans le nez (c’est du vécu), de se tenir droit et non pas avachi dans le fauteuil, de regarder votre webcam plutôt que vous sur l’écran ou votre portable…
  Skype vous permet de masquer la fenêtre de votre propre image, mais je vous conseille de la laisser ouverte, au moins pour garder un œil sur l’arrière-plan et votre posture… mais juste un œil ! Pas tout l’entretien… C’est la webcam qu’il est conseillé de regarder, car ainsi votre interlocuteur a l’impression que vous le regardez dans les yeux. Pas de panique, si vous n’y arrivez pas, regardez au moins son écran !

 ○ Penser à partager l’écran en deux : une partie pour voir l’image de votre interlocuteur et l’autre pour y rendre disponible des notes que vous auriez écrites préalablement et ainsi appuyer votre argumentation. Vous pouvez notamment mettre sur un document les questions que vous souhaitez poser, les points clés de votre présentation, quelques chiffres, les missions de l’annonce, des infos sur l’entreprise, etc. Ces notes doivent vous permettre de vous détendre et de rester concentré sur l’entretien. Il est évident que vous ne les lisez pas bêtement

 ○ A la différence d’un entretien en face à face, Skype peut planter toutes les dix minutes. Il faut vous y préparez et ne pas vous énervez parce que la technique plante… Vous restez calme et vous reprenez le fil de la discussion avec humour mais professionnalisme.

 ○ Skype dispose d’un espace «chat» ou vous pouvez envoyer un message «en live» au recruteur. Profitez-en pour lui communiquer CV, liens vers un blog, tableau de vos résultats business, liens vers certaines de vos actions disponibles sur la toile…
Cet espace de dialogue est également important, si pour une raison ou une autre, vous perdez la connexion, le son devient moins bon, vous pouvez envoyer un message à votre interlocuteur.

Clôturer un entretien Skype n’est pas toujours facile, car à l’inverse d’un entretien physique où votre interlocuteur se lève et vous tend une poignée de main, Skype demande un autre usage
Vous remerciez votre interlocuteur pour le temps accordé, vous confirmez votre intérêt pour la mission, vous vous renseignez sur la suite du processus de recrutement et vous souhaitez une bonne journée sans pour autant faire «coucou» à la caméra.

La fenêtre Skype est ferméeYoupi c’est fini ! Haha non non non… Loin de là mon ami !
○ Déjà, vérifiez bien que vous n’avez pas juste coupé la webcam mais bien raccroché la conversation… Vous pourriez avoir des surprises.

○ Que vous cherchiez un stage, un VIE, une césure, un CDD, un CDI… vous devez impérativement envoyer un mail de remerciementLors de ce mail, vous allez remercier pour la disponibilité, l’écoute, l’intérêt qu’il porte à votre profil mais surtout lui faire un résumé de l’entretien: ce que vous avez compris du poste, de l’enjeu stratégique de vous accueillir dans tel ou tel service, des attentes de votre hiérarchie, de vos collègues, des clients, de comment vous allez y répondre et de ce que vous apportez à l’entreprise.
Enfin, vous terminez avec des mots, des verbes positifs en lieu et place de la formule d’un autre temps «Dans l’attente, veuillez agréer, Monsieur, Madame, blablabla», que l’on transforme en «Je serai ravie de vous rencontrer prochainement dans vos bureaux pour rencontrer l’équipe et contractualiser notre collaboration».

Et voilà, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, vous êtes devenu un pro des entretiens Skype ! 🙂

Amélie FAVRE GUITTET

Quels mad skills intéressent vraiment les recruteurs ?

Quels mad skills intéressent vraiment les recruteurs ?

On connaissait les hard skills – les compétences techniques -, les soft skills – les compétences liées au savoir-être -, voici les mad skills, les compétences folles. 

Les mad skills, c’est quoi ?

Des compétences folles ! Autrement dit des compétences hors du commun, acquises via la pratique d’une activité sportive ou créative, ou d’une passion originale. Cette tendance venue tout droit de la Silicon Valley séduit certains recruteurs. « A travers ce que l’on appelait avant les hobbies, loisirs ou centres d’intérêt, on peut dévoiler des traits de personnalité bien particuliers qui démontrent une nouvelle fois qui on est vraiment », plaide Pauline Lahary, fondatrice de MyCVFactory.

Quelles sont les mad skills vraiment appréciées des recruteurs ?

  • Chez les 25-35 ans

Des jeunes diplômés, donc par définition avec peu d’expérience, les employeurs attendent qu’ils soient capables de se remettre en question, d’être à l’écoute des autres et de s’intégrer dans une équipe. Donc si le jeune candidat a pratiqué un sport collectif, c’est un bon point. Il peut raconter concrètement comment il a, avec son équipe, retourner le cours d’un match. Comment, le capitaine les a galvanisés à la mi-temps pour les conduire à la victoire. Comment après un échec, le collectif a su se remettre en question et repartir de l’avant. 

« Dans un sport individuel, la remise en question est également permanente. Sur un court de tennis, il faut en fait toujours s’adapter à son adversaire. Et puis, même si on est seul sur le terrain, c’est aussi une histoire d’équipe. Derrière, il y a souvent un coach, un club, un entourage familial, etc. Les jeunes diplômés doivent raconter leur vécu », recommande Pauline Lahary. 

Quelques années plus tard, vers 30-35 ans, les recruteurs recherchent des profils capables de décider et de proposer des solutions innovantes. Le tout avec un leadership affirmé. Pratiquer la peinture permet par exemple d’évoquer sa créativité, sa patience, etc.

  • Chez les 35-45 ans

« Dans cette tranche d’âge, les recruteurs ciblent des candidats capables de transmettre ce qu’ils ont appris de manière constructive mais aussi des leaders en puissance aptes à faire grandir leur entourage », souligne Pauline Lahary. Donc, si vous faîtes du bénévolat, par exemple en tant que parrain ou marraine dans une association d’aide à la recherche d’emploi, si vous jouez (ou avez joué) le rôle de mentor… c’est le moment d’en parler. De même, si vous intervenez dans des conférences, donnez des cours dans des écoles… c’est sûr, vous marquerez des points. 🙂

  • Chez les plus de 45 ans

Les recruteurs vont apprécier le fait que les seniors soient par exemple impliqués dans la vie associative car cela démontre un intérêt pour des causes justes. « J’ai une candidate très impliquée dans le milieu associatif. La RH qui l’a recruté a adoré son côté « pompier et don de soi » et lui a proposé un job de RRH opérationnel car elle savait qu’elle avait les compétences et la personnalité pour gérer les conflits sociaux », illustre Amélie Favre-Guittet, co-fondatrice de Trymeup, agence de recrutement et de coaching dédiée aux plus de 45 ans. 

« Le bénévolat social montre la capacité du candidat à agir et à surmonter les obstacles avec des moyens limités. Il va œuvrer pour le sens commun sans nécessairement bouleverser les hiérarchies », renchérit Ludovic Bessiere, directeur business France et Belgique du cabinet Hays. Un directeur financier, business angel sur son temps libre, gagnera par exemple en crédibilité pour intégrer une start up. 

« J’ai eu une autre candidate qui chantait dans une chorale et publiait des nouvelles. Elle travaille aujourd’hui comme directrice médias pour un cabinet d’avocat d’affaires. Les associés ont apprécié son côté décalé par rapport au milieu juridique plus classique. 
L’activité décrite par le senior peut plaire comme faire peur. Tout dépend de l’interlocuteur et de l’échange que l’on a autour de cette action. Il faut clairement faire du storytelling autour de sa vie perso pour séduire un recruteur», ajoute Amélie Favre-Guittet. 😉

Toutefois, ne vous emballez pas. Être bourré de mad skills ne suffit pas pour être embauché. C’est en fait, le trio hard, soft, mad skills, qui paie. Et encore pas partout. « Les grands groupes ne sont pas ouverts à ce genre de recrutement innovant. Ce sont plutôt les start up et les PME qui s’y essayent », conclut Amélie Favre-Guittet. Donc soyez crazy mais dans la limite du raisonnable.

Source de l’article ➡ https://www.cadremploi.fr/editorial/actualites/actu-emploi/detail/article/quels-mad-skills-interessent-vraiment-les-recruteurs.html

linkedin amelie

Sur LinkedIn, qui dois-je ajouter ?

Sur LinkedIn, qui dois-je ajouter ?

C’est l’éternelle question que l’on me pose en formation :

Je ne la connais pas. Pourquoi devrais-je l'ajouter à mon réseau ? 

A la différence de certains réseaux où l’on ajoute les personnes que l’on a déjà rencontrées, nos amis proches, la famille, Linkedin est un réseau professionnel qui permet de faire des rencontres (pro).

C’est là, à mon sens, tout l’intérêt de Linkedin.
Discuter avec des inconnus, échanger avec des pairs de son métier, partager des idées et des astuces avec ses followers, se faire connaître d’un recruteur ou d’un futur boss, trouver un fournisseur, rassurer un prospect, communiquer sur sa marque (personnelle ou professionnelle), bref, faire de belles rencontres professionnelles, encore et encore !

Tu en doutes ?

Inscrite depuis seulement 2014, sur Linkedin, j'ai pu :

• Me faire connaître de mes clients
Trouver des candidats et échanger avec eux
Recommander des talents à des confrères et consœurs
• Rencontrer mes futurs collaborateurs
• M'informer sur des tendances du marché
Découvrir des profils
Partager des tips (comme ici) et des astuces emploi et RH
Participer à des événements, des meetups, des réunions...

Alors pourquoi pas toi ?
Que tu sois étudiant, jeune diplômé, en poste, en recherche, senior… Il est important de bien choisir les personnes avec lesquelles tu veux interagir et échanger.

Pourquoi ?
Lorsque tu vas communiquer (si, si, tu vas le faire) sur Linkedin, que ce soit par un like, un partage ou un commentaire, ton réseau (les gens avec qui tu es connecté et selon, ton réseau numéro 2) va recevoir cette information.
Si l’info ne les intéresse pas, il n’y aura pas d’interaction avec eux, donc aucune visibilité de ton post par l’algorithme de Linkedin… Bref, tu seras invisible de ta cible.

Parce que oui, si tu es sur Linkedin, c’est que tu as une cible !
Tu cherches un emploi, un stage, une alternance, une mission, un client, un fournisseur, un candidat, à te faire connaître, à passer à la TV, à vendre des livres … Tu cherches forcément quelque chose !

Bon, Amélie, j’ai compris, mais du coup, tu me conseilles de faire quoi ?
Déjà d’avoir un profil bien rempli, mais ça c’est une autre histoire, ensuite de savoir pourquoi tu es sur Linkedin, qui est ta cible… Après pose toi la question, quel lien puis-je avoir avec cette cible ?

Et c'est là le truc, trouver un lien pour créer du lien.

Tour d’horizon des liens possibles :

  • Tu fais le même métier : Tu peux échanger avec cette personne sur des sujets qui vous intéressent. Demain, elle peut te recommander, tu peux partager des infos.
  • Tu es dans le même secteur d’activité : Que tu sois dans le secteur d’activité, ou que tu t’y intéresses, tu peux poser des questions, t’intéresser à une personne grâce à cet intérêt commun.
  • C’est un recruteur ou un RH : 95% des recruteurs sourcent sur les réseaux sociaux, donc tu as tout intérêt à être connecté avec lui ! Mais évite d’envoyer un CV s’il ne te l’a pas demandé #SpamAssuré
  • C’est un influenceur / speaker connu : Tu peux commencer par le suivre, commenter ses posts, puis l’ajouter à tes contacts pour le remercier, lui poser des questions et te faire recommander auprès de son réseau, lui partager des infos utiles.
  • C’est un opérationnel dans une société qui t’intéresse : C’est donc le même lien que pour le « métier » et le « secteur ».
  • Il habite un endroit qui te plait : Si tu envisages de bouger, déménager dans une autre région ou un autre pays, te rapprocher de personnes qui y vivent est clairement un atout pour développer ton réseau.
  • C’est un membre de ta promo ou un ALUMNI de ton école / université : La base même du réseau… Tu peux te connecter facilement, échanger, partager et garder un lien, car c’est peut-être une personne qui connait quelqu’un qui connait quelqu’un qui connait… bref, t’as compris !
  • C’est ton ancien manager ou ton manager actuel : Déjà, il peut te faire une recommandation en ligne, mais il peut suivre ta carrière et refaire appel à toi, c’est « l’effet Boomerang » et je te le donne en mille, ça vient des US.
  • Ce sont tes collègues ou anciens collègues : Le lien avec l’entreprise actuelle ou passée qu’il faut garder, même si tu es ravi de ne plus y être. Cependant, tu peux échanger avec eux sur de l’actualité métier et secteur, sur des infos, garder le lien, aller prendre des cafés et soit te faire recommander, soit bénéficier aussi de l’effet boomerang.
  • Ce sont tes anciens clients et fournisseurs : Toujours garder le lien, tes clients et fournisseurs ont aussi du réseau, tu as bossé avec eux, ils connaissent ta valeur et peuvent te recommander et t’embaucher.
  • Il est membre du même groupe Linkedin que toi : Banco, le lien est facile, tu partages le même intérêt que lui pour la chose, tu peux donc te connecter facilement.
  • Il partage souvent des actualités ou des informations qui te sont utiles : Quand tu suis son fil d’actualité, tu y trouves toujours une information utile, une offre d’emploi/stage, bref, c’est le GeoTrouveTout qu’il te faut dans ton réseau.
  • Il a des centres intérêts communs au tien : Sur son profil, tu vas y voir des expériences bénévoles, des implications à certaines causes. C’est l’occasion d’échanger autour de quelque chose qui vous tient tous les deux à cœurs.
  • Tu l’as rencontré dans la vraie vie (en IRL) : Une évidence à mon sens, mais quand tu rencontres dans la vraie vie les gens, tu peux aussi les ajouter à tes contacts Linkedin pour garder le lien !

Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui !
Tu ne peux plus dire que tu ne sais pas qui ajouter à ton réseau et surtout comment créer du lien, je t’ai proposé une liste (non exhaustive) pour créer du lien et interagir facilement avec les gens sur le réseau Linkedin !

Dernier point, mais non le moindre, dis-toi que les gens sont bienveillants, même si tu croises ici ou là quelques trolls, la plupart des professionnels sur Linkedin se feront un plaisir de communiquer avec toi, voire même d’aller boire une bière 🍻
Bonne journée !

Amélie FAVRE GUITTET

Pourquoi LinkedIn ne permet pas de trouver un emploi ?

CHIANGMAI, THAILAND -FEBRUARY 7, 2017:LG Nexus5 opened to Linkedin app. Linkedin is a social networking website for people in professional occupations.

Pourquoi LinkedIn ne permet pas de trouver un emploi ?

 

Régulièrement, sur le réseau LinkedIn, je vois passer des messages « Avez-vous déjà trouvé un job grâce à LinkedIn ? » et dans les nombreux commentaires, on peut lire une majorité de NON. C’est un fait !

Vous êtes nombreux à ne pas savoir utiliser LinkedIn comme un Réseau Social.
Et de ce fait, vous ne trouverez pas d’opportunité à la hauteur de vos exigences.
Vous quitterez le réseau en hurlant à qui veut l’entendre que c’est un réseau de M****, qu’il n’y a pas d’entraide, ni emploi à la clé… Parce que oui, le véritable problème est bel et bien là !
LinkedIn est un OUTIL, et non une fin en soi.
Cet outil, il faut apprendre à le manier correctement pour espérer des résultats.

Le jardinier, pour avoir des fruits, doit d’abord préparer le terrain avant de planter des graines dans le jardin, l’entretenir, en prendre soin et veiller à faire grandir les jeunes pousses pour qu’elles deviennent un arbre fruitier prospère et abondant.
Et même après la récolte, il continuera à prendre soin de son arbre en prévision des fruits de la saison suivante.  
Et bien le réseau, sur LinkedIn ou ailleurs, c’est pareil ! Capito ?

Je vais donc vous faire profiter de quelques astuces.
Tout d’abord, je vais revenir sur quelques principes de base liés à votre profil (les B.A.BA comme ils disent).
Puis, nous aborderons quelques conseils qui doivent vous permettre d’améliorer votre présence et représentation sur les réseaux (votre personal branding en somme).

La base de la base sur LinkedIn :

Je vais être brève, parce qu’il n’y a pas de quoi polémiquer ou négocier sur ces points.
C’est N.N. (Non Négociable un point c’est tout !).

Une photo tu ajouteras

Pas celle de ta carte d’identité, personne ne l’aime, même pas le douanier.
On veut une photo professionnelle qui invite à la rencontre et qui donne envie de t’ajouter aux contacts.
C’est valable également pour une photo d’arrière plan.

Un titre tu indiqueras

Quel job cherches-tu ? Quelle est ta spécialité ? Ta mobilité ?
Pense encore aux mots clés ! 

Un résumé tu écriras

Tu te présentes en 5 à 10 lignes pour nous dire pourquoi tu es là et ce que tu peux apporter à une entreprise.
Tu termines par un rappel de ton mail/Skype pour que l’on puisse te contacter rapidement !

Tes coordonnées tu complèteras

Email, téléphone, Skype, tu peux tout mettre, ça nous aidera à te joindre si ton profil nous intéresse (oui, nous, les méchants recruteurs)

Ton expérience à jour tu metteras

Essaye de faire coïncider les dates avec celles de ton CV.
Fais en sorte d’avoir les bons mots clés (check les offres et fiches métiers), ajoute tes résultats... 

De ta formation, fier/ère tu seras

N’hésite pas à mettre les MOOCs que tu viens de suivre pour avertir que tu continues à te former, c’est une qualité toujours appréciée !

Recommandations, tu demanderas

Tu as des reco' papiers, c’est mignon, mais si tu pouvais les avoir sur LinkedIn ce serait plus sympa et ça montre que les gens n’ont pas peur d’afficher leur soutien pour toi car tu es un/e vrai/e professionnel/le reconnu/e !
(Dans la check-list du recruteur tu viens de gagner 2 points grâce à ça).

Tes compétences, tu valoriseras

Ce n’est pas le nombre de « like » qui compte à côté de tes compétences, c’est la compétence en tant que telle, car c’est un mot clé et c’est exactement ce que recherche un recruteur sur un profil : les mots clés !
En plus, tu peux les déplacer et les classer dans l’ordre de tes priorités.
On est d’accord sur le fait que Word c’est pas celui qui doit arriver en premier ?

Des fan-pages, tu likeras

 Tu vas suivre l’actualité des personnes et des pages qui t’intéressent.
Ça s’appelle de la veille Monsieur /Madame et tu es prié/e d’en faire si tu veux être plus malin/e que les autres !

Ton URL, tu raccourciras

Tout le monde dispose d’une URL de profil, mais certain/es oublient d’enlever les chiffres et ainsi de la personnaliser.
Va dans les paramètres pour modifier l’URL de ton profil public.

Vous êtes toujours avec moi ? Ok, on continue !

Maintenant que vous avez un profil digne de ce nom, les propositions de job ne vont pas tomber toutes seules.
Sauf si vous êtes un Datascientist qui vient de mettre à jour son profil…

Votre profil est à jour, félicitations, vous êtes un/e membre présent/e sur LinkedIn comme peuvent l’être 8.000.000 d’autres sur ce même réseau.
La question qui se pose désormais, c’est comment être vu/e et reconnu/e ?

Être vu/e et reconnu/e sur LinkedIn

Je vais vous donner une liste de conseils, recommandations, avis sur comment être vu/e et reconnu/e sur LinkedIn, avec pour finalité le retour à l’emploi !

Être patient

Lorsque vous sollicitez quelqu’un sur LinkedIn, vous espérez qu’il vous réponde dans la journée, au mieux dans la semaine. Sachez que tout le monde ne fonctionne pas à la même vitesse… 
Vous attendez et de ce fait, vous vous impatientez très vite, parce que vous, vous avez le temps, et que le temps vous aimeriez l’accélérer pour aller plus vite. 
Celui qui reçoit votre demande n’a pas nécessairement la même position que vous. Il voit le temps passer trop vite, et lui, au contraire de vous, voudrait le ralentir pour pouvoir tout faire.

Contact avec les recruteurs

Si vous le faites de vous-même, sans que le recruteur ne vous sollicite, déjà arrêtez de lui balancer votre CV sans qu’il ne le demande.
Essayez déjà d’inspirer confiance et de susciter la curiosité du recruteur. S’il est intéressé, il regardera votre profil et vous demandera un CV. Sans quoi, vous spammez sa messagerie sur LinkedIn.
Pour info, j’ai reçu 219 messages sur ma messagerie LinkedIn en mars et comme LinkedIn ne permet pas une gestion optimale des messages, autant vous dire que je n’ai pas pu répondre à tout le monde…

Rencontrer des gens

Lorsqu’un membre du réseau souhaite vous rencontrer,
il va vous donner conseils, informations et parler de lui
La flatterie devrait vous ouvrir beaucoup de portes, quoi que certains en disent.
L’ego de votre interlocuteur est gonflé à bloc : vous lui demandez des conseils. Il va donc parler, parler, parler… Les gens adorent parler d’eux et de ce qu’ils connaissent quand on flatte un peu leur ego.
Mais vous aussi, vous pouvez lui donner quelque chose, que ce soit des infos sur son secteur, un concurrent ou tout simplement de la reconnaissance pour le temps accordé et ses précieux conseils (#ReFlatterie).

Liker et commenter des publications

Faites-vous remarquer des employeurs potentiels et des recruteurs en likant et commentant des publications de votre réseau.
Vous aimez une publication de votre réseau, en la likant c’est tout votre réseau qui le voit, puis une personne like votre post, c’est à son réseau de le voir, puis au réseau de son réseau, etc.
La portée de votre commentaire peut vite prendre une ampleur considérable. Certains de mes posts sont vus 85.000 fois en une semaine à force d’être vus et commentés.
J’agrandis ainsi mon réseau sans beaucoup d’efforts.

Pas d'amalgame

LinkedIn est un réseau professionnel et doit le rester.
On ne doit pas y polémiquer sur les religions ou la politique car les gens ont très vite tendance à s’emporter sur un réseau.
Les mots s’écrivent plus vite à chaud qu’à tête reposée… et une fois écrit, ça reste longtemps, longtemps, longtemps

Tenir au courant son réseau

Si quelqu’un de votre réseau vous donne une information, un contact, la moindre des choses c’est de le tenir au courant et de le remercier.
Ça parait évident, mais ça l’est rarement.
Je connecte parfois des jeunes entrepreneurs entre eux et rares sont ceux qui reviennent me dire ce qu’ils deviennent.
Du coup, le suivant qui vient me demander quelque chose, je suis moins encline à l’aider

Professionnel à professionnel

Vous êtes sur un réseau, ce qui signifie que vous devez vous comporter en professionnel. Ça tombe bien, normalement, c’est ce que vous êtes ? Isn’t it ?
Ce que je sous-entends, c’est qu’il est hors de question de quémander un emploi à une personne en poste.
De toute façon, si vous le faites ainsi, elle ne vous aidera pas, question de bon sens pour elle. « Si j’aide une personne qui cherche un emploi et que ça se passe mal, c’est mon job qui est en danger ». OK ?
Et oui, c’est pas cool, oui, les mentalités devraient changer, et blablabla, on va difficilement changer les postures mentales de tous les concitoyens…
Enfin, on va y aller doucement : )

Un projet à la fois

 Vous allez communiquer sur un projet à la fois auprès d’une cible à la fois. Vous cherchez dans la communication mais aussi le marketing voire le commercial.
La plupart des recruteurs veulent vous mettre dans des cases.
Si vous arrivez avec une recherche aussi vague, ça ne leur plaira pas. Ciblez le projet par rapport à l’interlocuteur. Vous serez ainsi beaucoup plus efficace.

Partager du contenu de qualité

Il ne suffit pas d’écrire que vous cherchez un job comme on peut le voir parfois.
Je vous recommande de faire une veille liée à votre secteur et métier et de partager les articles intéressants que vous trouvez en les commentant à bon escient.
SCOOP.IT peut vous aider dans votre veille, mais vous pouvez aussi suivre des bloggeurs, des influenceurs de votre domaine et partager ce qu’ils disent et pensent en ajoutant votre grain de sel.
En taggant l’auteur, vous pourrez vous faire remarquer et celui-ci pourra sans doute vous donner des contacts et conseils à son tour.

Écrire des articles

LinkedIn PULSE est un outil très efficace pour se faire remarquer.
Vous pouvez écrire des articles sur des sujets tellement variés, les partager à votre réseau et suivre la portée de la publication.
Quel sujet me direz-vous ? Vous pouvez présenter les 3 ou 4 meilleurs articles que vous auriez trouvé lors de votre veille, présenter une innovation qui vous interpelle et qui est en lien avec le métier que vous recherchez, ou encore, partager votre point de vue comme je le fais à l’instant !

Vous le constatez, LinkedIn est un outil formidable parmi tant d’autres.

Je vous ai parlé de TwitterFacebook (liens à l’appui) et maintenant LinkedIn.
Ce sont des outils, il faut donc apprendre à les manier au bon moment et de la meilleure façon possible.
Comme dirait Nicolas G. « Ce n’est pas parce que tu as un outil que tu es un bon bricoleur ».

Lorsque je rencontre des candidats, certains me disent « je suis un très bon communicant » et je réponds : « qu’est-ce qui me le prouve ? ».
Ce que je veux dire, c’est que si le candidat avait des comptes Twitter ou LinkedIn bien optimisés, sur lesquels il aurait partagé ses connaissances et son expertise, je ne me poserais pas de questions.
Cependant, aujourd’hui, beaucoup utilisent les réseaux sociaux pour « voir » les autres et attendre le prophète…
Mais rares sont ceux qui savent être vus et reconnus ! Et ce sont ceux-là que l’on a tendance à chercher et à recruter.
À bon entendeur…

Et au plaisir de vous « voir » ici ou là !
Bonne journée,

Amélie FAVRE GUITTET

Informer les recruteurs

Linkedin Tips : Pensez à activer « vos objectifs professionnels » pour vous faire remarquer des recruteurs !

Linkedin Tips : Pensez à activer "vos objectifs professionnels" pour vous faire remarquer des recruteurs !

Informer les recruteurs

Vous cherchez un emploi, un stage, une alternance ?  [linkedinTips]

💡 Avez-vous activé « vos objectifs professionnels » ?
A quoi ça sert :

  • A informer un recruteur que vous êtes « ouverts aux opportunités » sans que votre employeur ne le sache.
  • A expliquer aux recruteurs ce que vous cherchez, un stage, une alternance, un emploi, une mission, du freelancing…
  • A mentionner où vous voulez aller bosser, dans quel secteur, taille d’entreprise, …

Le bémol à mon sens 😐 : seuls les utilisateurs de LinkedIn Recruiter y ont accès…

L’option s’active pendant 6 mois, après vous devez la réactiver si votre recherche perdure.

Bref, à vous de jouer pour optimiser votre recherche ! 😉

Petit rappel sur l'entretien...

Petit rappel sur l’entretien…

Petit rappel sur l'entretien...

Petit rappel sur l'entretien...
☝ Toujours bon de le rappeler…

En entretien, projetez-vous dans le poste, donnez-envie à l’autre d’en savoir plus sur vous, intéressez-vous à votre interlocuteur, créez du lien sur la durée.

Et arrêtez de penser qu’il y a des questions pièges 🚫🕳

Même si certains recruteurs/RH ne savent pas mener des entretiens, nous ne cherchons pas à vous piéger, mais à vous connaître et à apprécier votre capacité à vous intégrer dans un nouvel environnement 🤗

⚠ Dernier point, mais non le moindre : Chaque mot sur votre CV est une question.

Donc si vous l’avez mis sur votre CV c’est que vous avez estimé que c’était important pour votre interlocuteur et que vous êtes capable de l’expliquer 😌

Bon entretien ! 💪

Le mail de remerciement à double sens ?

Le mail de remerciement, à double sens ?

Le mail de remerciement à double sens ? [recrutement]

Ah ce fameux mail qu’on aime tant recevoir et que peu aiment envoyer. Après un entretien, pourquoi ne pas envoyer un mail de remerciement, que l’on soit candidat ou recruteur / RH ?

Finalement, ce qui se fait dans un sens, peut se faire dans l’autre. On recommande souvent au candidat d’envoyer un mail post entretien pour partager à nouveau sa vraie motivation (maintenant qu’il connait mieux le poste) et son envie d’intégrer l’entreprise 💻

Mais le recruteur aussi pourrait envoyer un mail pour remercier le candidat du temps accordé, de la qualité de l’entretien, d’avoir partagé son expérience et sa motivation pour le poste, d’y avoir trouvé un certain intérêt au travers de ses questions… 👍

💡 On pourrait même dans ce mail redonner les infos du process de recrutement et partager un ou deux conseils emploi

Qu’en dites-vous ? Aimeriez-vous recevoir ce genre de mail, aussi bien côté candidat que recruteur ? 

Mais peut-être est-ce déjà une habitude chez vous ? 😉

Comment développer son réseau ?

Comment développer son réseau ?

Comment développer son réseau ? 

Vendredi soir, 19h, je vois passer un tweet d’une nana que je ne connaissais pas… 🤔

Mais son appel et son militantisme me plait.

Je tweete  👩‍💻 « avec plaisir si je peux aider ».

Et biiiim, elle me répond en DM, puis on s’appelle 📞

Rdv est confirmé, lundi soir, St Lazare.

Et là, j’ai fait un de mes plus chouettes rdv réseau ! 😃

En face de moi, 2 femmes, avec un projet dédié aux femmes dans la tech ! On a échangé sur nos convictions, partagé nos contacts, mis en commun un réseau 👥

Voilà comment mesdames et messieurs on développe son réseau ! 

Voilà comment Twitter peut être votre allié pour votre business ! 💪

Ce que j’en retiens :

1⃣ Il faut oser si on veut voir les choses bouger. Intéressez vous aux gens qui vous entourent. Prenez plaisir à découvrir leur parcours, à pitcher le vôtre, à créer des synergies !

2⃣ Vous n’êtes jamais à l’abri d’une belle rencontre, et même si elle n’amène pas de business, c’est parce que le réseau se construit dans la durée. Arrêtez d’être pressé !

3⃣ Organisez vous pour ne pas oublier les gens et pour revenir vers eux. Ne promettez pas des choses que vous ne ferez pas. Et si comme moi, vous êtes une Dori…utilisez l’appli REMEMBR !

 Allez bon réseau à tous ! 🍦

👥

J’ai pas de réseau 😕

"J'ai pas de réseau" 😕

C’est souvent la phrase que j’entends en coaching ou en formation, aussi bien chez les juniors que les seniors.

Ce réseau, ce mot que tout le monde utilise et qui fait peur parfois, n’est en fait qu’un ensemble de relations qu’on a plaisir à croiser, à voir 👥

Ça commence par la famille, les amis, les potes du sport, les copines de la danse, le réseau des parents d’élèves… 

Ça continue avec les collègues, les clients, les fournisseurs, les boss (actuels ou présents)..

Ce sont aussi des personnes que l’on rencontre en MEETUP via l’appli SHAPR, en échangeant avec des pro sur ULYSS.CO ou  MY JOB GLASSES ou des évènements que l’on découvre sur EVENTBRITE.. 🌍

Alors, mon cher réseau, allez-y, partez donc à l’aventure, échangez autour de vous, découvrez de nouvelles personnes… 🏃♀🏃♂

Une seule condition !

Faites vous plaisir !! 👌

C’est tout simplement ça le réseau 😉