Savoir lire une offre… et la décrypter !

Vous voilà donc installé(e) à votre bureau : crayon, papier, café (vous en aurez besoin !), les offres sélectionnées sur les sites emploi et les réseaux. Vous êtes fin prêt(e) ! Bill GATES, Bernard ARNAUD, Arnaud LAGARDERE, nous voilà !

Alors, première offre : « Jeune diplômé(e) Bac+8, 23-25 ans, 15 ans d’expérience, 5 langues minimum dont 2 d’Asie Centrale, salaire annuel 8-10 K€, blonde à forte poitrine…« . Arg ! Même chose pour la deuxième offre, idem pour la troisième
Difficile dans ces conditions de décrocher un entretien.

Tout comme vous cherchez, idéalement, un poste à fortes responsabilités, une rémunération à 6 chiffres, votre bureau en haut de la tour avec vue imprenable sur la ville, une armée d’assistantes dévouées dans le bureau d’à côté, la voiture de fonction, etc…
Le recruteur semble chercher LE mouton à 5 pattes ! 🙂

Faut-il alors rester figé(e) devant ces obstacles ? Ou peut-être les contourner pour continuer à avancer ?
 Il faut apprendre à lire entre les lignes, à se projeter dans la fonction au-delà des mots. 
Voici donc quelques exemples pour apprendre à traduire une annonce.

Vous aurez la responsabilité de plusieurs projets

Inutile de dire dans votre lettre de motivation que vous êtes "responsable", que vous avez "le sens des responsabilités". "Avoir la responsabilité de plusieurs projets", cela indique que vous devez être autonome, organisé(e), que vous savez déléguer et êtes capable de rendre des comptes à vos supérieurs et partenaires.
Il faudra donc montrer un peu de caractère !

Première expérience acceptée

Acceptée... pas exigée. On ne vous demande pas d'avoir fait vos preuves.
 Est-ce une chance ? Attention, vierge ne veut pas dire inculte ! Si le recruteur s'engage a priori à investir du temps et de l'argent sur vous, il
attend de vous en retour un engagement, une ouverture d'esprit, une soif d'apprendre, etc.
En quelques mots, il attend de vous que vous
compensiez votre manque d'expérience par votre enthousiasme.
N'oubliez pas de le lui dire pour le rassurer !

3 à 5 ans d'expérience dans le secteur souhaité

Ici on vous demande une première expérience du métier pour être opérationnel(le) rapidement sur le terrain.
Vous imaginez bien que vous ne serez pas éliminé(e) s'il vous manque 2 mois ou si vous avez dépassé la limite de 6 mois ! "3-5 ans" d'expérience
est une fourchette pour indiquer que l'annonce ne s'adresse ni à des débutants ni à des spécialistes. Ne vous bloquez pas sur des chiffres mais traduisez ce qu'on attend de vous.
Et si vous n'avez pas cette fichue expérience dans le secteur, vous en avez peut-être une autre dans un secteur équivalent que vous pouvez défendre intelligemment auprès du recruteur.
 Intelligemment, cela veut dire faire des analogies, prouver avec des exemples concrets, des chiffres, des résultats.

Autonome, créatif(ve), vous êtes capable de...

En dehors du graphiste, il est souvent demandé d'être autonome et créatif(ve) à des postes administratifs ou opérationnels (marketing, commercial, communication).
Vous aurez donc les coudées franches et une
très grande liberté d'action.
Pas d'horaires,
peu de méthodes imposées, voire même pas de bureau si on vous fournit le téléphone et l'ordinateur portable.
Selon la taille de l'entreprise, il vous sera demandé de participer au développement du business, à la réflexion stratégique pour faire évoluer les outils, les méthodes.
Autonome, signifie que si on vous met face à un problème, vous n'allez pas appeler votre mère, mais que vous êtes capable de réfléchir, de chercher sur Google Votre Ami ou d'organiser un brainstorming. Vous êtes débrouillard(e) 🙂

Rigoureux(se), organisé(e), garant(e) des valeurs de l'entreprise

Derrière ces mots, on vous demandera d'être constamment derrière vos troupes pour sermonner le discours officiel.
On vous demandera aussi de tout contrôler à différents stades.
Votre présence au bureau et votre disponibilité pour un reporting à vos supérieurs à tout moment seront exigés.
Les valeurs de l'entreprise, c'est aussi l'occasion pour l'entreprise de faire passer un message aux candidats quant à l'état d'esprit que l'on vous demandera d'avoir, d'adopter.
Et c'est l'occasion pour vous de démontrer que vous partagez ces valeurs.

 

Vous voyez, au travers des mots, il n’est pas dur d’imaginer ce que l’on attend de vous, voire même de vous visualiser sur le poste. Ce travail d’anticipation est celui que fait le recruteur.
Si vous arrivez à voir ce qu’il souhaite voir de vous, alors il y a de grandes chances pour que fassiez l’affaire.

Sans titre

Amélie FAVRE GUITTET